Bienvenue au LACET

Trois institutions de recherche – le Forum for Africa Studies (Uppsala), l’Institut des Sciences des Sociétés (Ouagadougou) et l’Institut des Sciences Humaines (Bamako) – ont créé un laboratoire de recherche, est intitulé le Laboratoire d’Anthropologie Comparative, Engagée et Transnationale (LACET).

Au cours des années ces trois institutions fondatrices du LACET avaient d’ores et déjà établi des conventions-cadres bilatéraux. Mais de plus en plus la mise en commun de nos compétences et nos intérêts fut ressenti. C’est pourquoi le moment fut arrivé de mettre en place un labo de recherche fort et dynamique prêt à s’engager aux défis sociétaux pertinents.

Plusieurs réunions ont abouti à la création du LACET: à Léo en octobre 2018, à Bamako en juin 2019, à Ouagadougou en août 2019 et en janvier 2020, à Bamako en février 2020.

Le Laboratoire d’anthropologie comparative, engagée et transnationale (LACET) est bâti sur des décennies des activités de recherche et de formation conjointes, telles que : 

Le LACET fonctionne comme un cadre académique visant à renforcer les liens entre nos institutions et à mieux explorer les opportunités entre chercheurs et institutions, tout en restant ouvert aux autres initiatives.

L’objectif est de soutenir la recherche en sciences sociales et humaines, particulièrement l’anthropologie comparative, engagée et transnationale en Afrique ou en rapport avec des questionnements africains, y compris la diaspora. Pour ce faire, le LACET est constitué comme un Laboratoire Mixte International.

Le LACET a pour ambition de soutenir les femmes chercheurs. Voici (de gauche à droite) les collègues Adjara Konkobo, Bintou Koné, Pascaline Kaboré et Eulalie Zongo en août 2019.
Le nom LACET fut inventé pendant l’atelier d’écriture à Léo, Burkina Faso, en october 2018, mais les activités engagées dans ce qui est devenu le LACET datent depuis une décennie ou même plus. Les participants de l’atelier d’octobre 2018 furent (de gauche à droite) : Ludovic Kibora, Yacouba Cissao, Siaka Gnessi, Mariatou Zongo, Amado Kaboré, Bintou Koné, Sten Hagberg et Sidi Barry.
En juin 2019, le Coordinateur du LACET Burkina Faso, Ludovic Kibora, a participé à la présentation d’un ouvrage qu’il a co-rédigé intitulé Rencontres religieuses et dynamiques sociales au Burkina Faso.
Même pas peur! Un double panel co-organisé par Rosa de Jorio et Sten Hagberg sur les ethnographies de sécurité et de démocratie a été organisé au Colloque international des Études Mandé, du 2 au 6 août 2017 à Grand Bassam, Côte d’Ivoire. Sur la photo figurent (de gauche à droite) : Adjara Konkobo, Bintou Koné, Lamine Sanogo, Yaouaga Félix Koné et Ludovic O. Kibora. Plusieurs communications ont été publiées dans la revue Mande Studies 21, 2019.
En juin 2019, deux nouveaux docteurs en socio-anthropologie de l’Institut de Pédagogie Universitaire de Bamako (IPU, ex-ISFRA) ont soutenu les thèses sous la direction de Yaouaga Félix Koné. Sur cette photo figurent (de gauche à droite): les nouveaux docteurs N’gna Traoré et Almamy Sylla, accompagnés de Fatoumata Camara et Mamadou Sylla. Voici une publication sur le site Facebook de MANSA.